Séminaire d’histoire des sciences – IHMC, CNRS-ENS-Paris 1

SEMINAIRE DHISTOIRE DES SCIENCES IHMC, CNRS-ENS-Paris 1

POUR UNE HISTOIRE POLITIQUE DES SCIENCES : ENJEUX, METHODES, QUESTIONS

Janvier 2017 – Mai 2017

Au Centre Malher, 9 rue Malher, 75004 Paris, le jeudi de 10h30 à 12h30, salle 107

Contact : Muriel Le Roux, muriel.le.roux@ens.fr

Organisateurs : Hélène Blais, Bruno Belhoste, Jean-Luc Chappey, Maria Pia Donato, Liv Grjebine, Muriel Le Roux, Isabelle Pantin, Sacha Tomic, Pierre Verschueren, Julien Vincent

Séance 1 (19/01) : Pierre Verschueren, Doctorant IHMC – Paris 1 – Collège de France, « C’est en forgeant… Les formes et les normes de l’apprentissage du métier de physicien et de chimiste en France (1944-1960’s) », discutante Muriel Le Roux.

Séance 2 (26/01) : Marine Dhermy-Mairal, IEP Grenoble – Pacte, « Du danger des enquêtes savantes. Faire œuvre de science au Bureau international du travail dans l’entre-deux-guerres », discutant P. Verschueren.

Séance 3 (2/02) : Caroline Ford, UCLA, Natural Interests: The Contest over Environment in Modern France”, Harvard University Press, 2016, discutante Hélène Blais. Cette séance aura lieu exceptionnellement à l’ENS, 45 rue d’Ulm, Paris, salle de l’IHMC de 9h30 à 11h30.

Séance 4 (23/2) : Judith Rainhorn, université de Paris 1, Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel, XIX-XXe siècles, Paris, Presses de Sciences po, 2016 (à paraître), discutant Julien Vincent.

Séance 5 (2/3) : Raphaël Sandoz, université de Genève « La « hiérarchie des sciences » au XIXème siècle: enjeux politiques du classement des savoirs », discutante Liv Grjebine.

Séance 6 (9/3) : Julien Vincent Jean -Luc Chappey, IHMC – Paris 1, « L’écologie républicaine du Directoire », discutant(e) à confirmer.

Séance 7 (16/03) : Muriel Le Roux, IHMC – CNRS – ENS, « Co-écrire l’histoire des sciences… ». M. Le Roux et F. Guéritte, Navelbine and Taxotere, histories of Sciences , Iste Wiley, Elsevier, janv. 2017, La Navelbine et le Taxotère, histoires de sciences, Iste, printemps 2017, discutant Pierre Verschueren. Présence de Françoise Guéritte, à confirmer.

Séance 8 (23/03) : Harold J. Cook, Brown University, « Descartes’ youth: libertine military engineer?”, discutante Maria Pia Donato.

Séance 9 (30/03) : Mary Terrall, UCLA, « Colonial Dreams: Michel Adanson’s Encounter with Africa in the 1750s », discutants Maria Pia Donato et Jean-Luc Chappey.

Séance 10 ( vendredi 7/4) : séance commune séminaire Histoire politique des sciences et séminaire de l’IHMC aura lieu exceptionnellement à l’ENS, 45 rue d’Ulm Paris, 5ème, salle Celan. Claude -Olivier Doron (Université Paris Diderot-SPHERE/Centre Canguilhem), L’homme altéré :Races et dégénérescence, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Champ Vallon, 2016,

discutants : Jean-Luc Chappey et Frédéric Régent.

Séance 11 (20/04) : Martine Sonnet, IHMC – CNRS – ENS, « La Caisse nationale des sciences et ses allocataires : une ébauche de politique des ressources humaines pour la recherche publique en France dans les années 1930 », discutants P. Verschueren et M. Le Roux.

Séance 12 (27/04) : Sacha Tomic, IHMC, « L’expertise chimique », discutant Michel Letté CNAM (sous réserve).

Séance 13 (4/05) : Justin Smith, Université de Paris Diderot – Paris 7, Nature, Human Nature and Human Difference, discutant à préciser.

 

.

Séminaire international « HUMANITÉS MÉDICALES »

SÉMINAIRE INTERNATIONAL « HUMANITÉS MÉDICALES »

Du vendredi 09 décembre 2016

au vendredi 19 mai 2017

Salle du conseil de l’UFR Médecine – 10 avenue de Verdun – Paris 10°

 

Programme interdisciplinaire USPC «La Personne en médecine»

en collaboration avec le Spiral-ULG projet GIGS (Liège) et le Collège national des enseignants en sciences humaines et sociales en médecine et en santé 

 

Lieu : Salle du conseil de l’UFR Médecine – 10 avenue de Verdun –  Paris 10°

Le séminaire « Humanités médicales » cherche à explorer la notion d’humanités médicales, récemment introduite en France. Il vise à interroger les manières dont diverses disciplines (notamment l’histoire, les sciences sociales, l’éthique, les arts) problématisent certaines transformations majeures affectant les conditions d’émergence des pathologies, les définitions de la santé et les pratiques et savoirs biomédicaux contemporains.

Pour sa première édition, le séminaire choisit de partir de recherches inventives sur des situations contemporaines qui font problème et contraignent à poser différemment les questions de la santé et du soin. Ces situations sont aussi diverses que le « réchauffement climatique global », la généralisation des environnements toxiques (pollutions de l’air, de l’eau, de l’atmosphère…), la redéfinition des frontières du corps et de l’hérédité (épigénétique), les crises sanitaires à répétition, les scandales pharmaceutiques, l’emprise des outils de management sur la clinique, ou encore la numérisation de la santé et de la formation médicale.

Il s’agit d’explorer ces situations à l’aide d’une diversité de perspectives disciplinaires afin de ne pas réduire trop rapidement les enchevêtrements hétérogènes des mondes que supposent les maladies et les pratiques de soin et de gouvernement.

Nous faisons le pari que les humanités médicales offrent l’opportunité de ne pas rejouer la division des tâches entre, d’un côté, les savoirs biomédicaux et, de l’autre, les humanités ; les premiers se chargeant de décrire la « réalité » fondamentale des maladies et des thérapeutiques, les secondes traitant les aspects sociaux, moraux ou politiques accompagnant la pratique médicale. Ce faisant, nous prolongeons le pari engagé notamment par l’anthropologie de la nature, l’anthropologie des sciences et les sciences studies, qui consiste à remettre en question les dichotomies nature/culture ou nature/société.

L’objectif du séminaire est à la fois théorique et pratique. Sur le plan théorique, il entend dresser un paysage actuel et varié des reconfigurations des pratiques et savoirs médicaux. Sur le plan pratique, il est en particulier attentif aux dispositifs pédagogiques qui prennent ces situations problématiques pour objets. En effet, le séminaire contribue aussi à un état des lieux de l’enseignement des sciences humaines et sociales dans les études de santé, en France et dans certains autres pays. Les enjeux institutionnels, scientifiques et pédagogiques liés à ces cursus traversent nos questionnements. Ce séminaire se prolongera par le congrès du Collège des enseignants en humanités médicales en juin 2017.

 

Ce séminaire est ouvert à tous, mais intéressera plus particulièrement les personnes dont médecine et soin constituent une pratique et/ou un objet de recherche (professionnels de santé, chercheurs et étudiants en médecine, chercheurs en sciences humaines et sociales).

Vendredi 4 Novembre 2016 (14h-16 h) : Introduction : Explorer les «humanités médicales»

François Thoreau, Sociologue, post-doctorant, Spiral, Université de Liège

Alexis Zimmer – Historien, post-doctorant, Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine », Univ. Paris Diderot

Vendredi 9 Décembre 2016 (14h-17 h) : Les catastrophes sanitaires contemporaines

Richard C. Keller — Historien, Pr au Département d’histoire de la médecine et de bioéthique, Univ. du Wisconsin

Frédérique Leichter-Flack, MC – HDR en littérature, Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense

Vendredi 13 Janvier 2017 (14h-17 h) : La place de l’industrie pharmaceutique dans la pratique et la formation médicales 

Nils Kessel – Historien, Post-doctorant, IFRIS, LISIS, Paris–Marne-la-Vallée

Paul Scheffer — Doctorant en Sciences de l’éducation, Président de Formindep, association pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients

Vendredi 17 Février 2017 (14h-17 h) : La gestion des soins dans le système de santé français

Frederic Pierru — Sociologue, Sciences Po-CERAPS (CNRS)

Jean-Christophe Weber —  Professeur de médecine interne, Strasbourg

Vendredi 17 Mars 2017 : Journée (10h-17 h) : Expérimentations collectives, maladies et milieux

Nicolas Prignot — Philosophe, Université libre de Bruxelles

Josep Rafanell Ora — Psychologue de terrain, Paris

Katrin Sohldju — Philosophe et historienne, Vrije Universiteit Brussel

Ding Ding Dong — Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington

+ Collectif de patients et d’usagers (en cours d’invitation)

Vendredi 21 Avril 2017 : Journée (10h-17 h) : Épigénétique et environnements toxiques

Michelle Murphy – Historienne, Pr au Département d’histoire et institut d’étude du genre et des femmes, Univ. de Toronto, Politics of evidence working group

Natasha Myers – Anthropologue, Pr au Département d’anthropologie, Univ. de York — Politics of evidence working group

Nick Shapiro – Anthropologue, Matter, Materials and Culture Fellow at the Chemical Heritage Foundation, Open Air Fellow at the grassroots environmental monitoring non-profit Public Lab.

Toxic Tour 93 – Paris (à confirmer)

Vendredi 19 Mai 2017 (14h – 17 h) : Les usages du numérique dans la formation et la pratique médicale

Anna Haris – Responsable du programme ERC ‘The birth of the digital doctor? A comparative anthropology of medical techno-perception’, Univ. de Maastricht

Adrian MacKenzie — Professeur, Département de sociologie, université de Lancaster

Inscription nécessaire : alexis.zimmer@univ-paris-diderot.fr

Séminaire Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps

Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps

  • Anne Carolprofesseur à Aix-Marseille Université (TH) ( Hors EHESS )
  • Rafael Mandressichargé de recherche au CNRS ( CAK )Cet enseignant est référent pour cette UE

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e vendredis du mois de 17 h à 19 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2016 au 9 juin 2017

L’histoire de la médecine peut être envisagée sous des aspects très variés, que ce séminaire a pour vocation d’intégrer : des doctrines aux institutions, des textes aux objets, de la formation des savoirs à leurs multiples usages, de l’enseignement de la médecine aux enjeux de l’expertise, de l’identité professionnelle des médecins aux pratiques de santé. Aussi vise-t-on une histoire intellectuelle et sociale des cultures médicales. Cela engage la saisie historique des modes des opérations d’investissement du corps en tant qu’objet de science, ainsi que la place de la médecine dans le système des savoirs, quelle que soit l’époque considérée.

Cette année, le séminaire portera plus spécifiquement sur la question du corps mort, sa gestion sociale et le rôle qu’y jouent la médecine et les médecins. C’est en effet par le biais de l’objet cadavre que l’histoire de la mort s’est renouvelée depuis une quinzaine d’années, après les grandes synthèses de Philippe Ariès et Michel Vovelle, et dans un contexte de mutation rapide des attitudes contemporaines face à la mort pointée par les sociologues et les anthropologues.

Ce séminaire s’adresse aussi bien aux étudiants de Master qu’aux doctorants et postdoctorants.

Programme : 

25 novembre : Rafael Mandressi & Anne Carol « Histoires et historiographies de la médecine et de la mort. »

9 décembre : Anne Carol « La médecine et la définition de la mort (XVIIIe-XXe siècle). »

13 janvier :  Rafael Mandressi « Usages savants du cadavre dans l’Europe moderne. »

27 janvier : Anne Carol « Usages savants du cadavre dans la France du XIXe siècle. »

10 février : Rafael Mandressi « Politiques funéraires d’Ancien régime (France-Italie, XVIIIe siècle). »

24 février : Régis Bertrand (Aix-Marseille Université) « L’odeur méphitique des morts au XVIIIe siècle. »

10 mars : Stanis Perez (Université Paris XIII) « Médecins, médecine et vérité autour de la mort des rois dans la France Moderne. »

24 mars : Hal Cook (Brown University) « Dutch Medical Cartesianism and the Passions. »

14 avril : Anne Carol « L’embaumement au XIXe siècle : un marché pour la médecine ? »

12 mai : Rafael Mandressi « Écrire l’histoire : médecins historiographes à l’époque moderne. »

26 mai : Stéphanie Sauget (Université François-Rabelais, Tours) « Manger les chairs et protéger les vivants : le cercueil et la médecine au XIXe siècle. »

9 juin : Bruno Bertherat (Université d’Avignon) « La petite fille et la mort : histoire de la médecine et histoire totale. »

Séminaire Construire une histoire de la santé publique – EHESS

Construire une histoire de la santé publique

  • Patrice Bourdelaisdirecteur d’études de l’EHESS (TH) ( CRH-ÉSOPP )Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Anne Rasmussenprofesseur à l’Université de Strasbourg (TH) ( Hors EHESS )

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 18 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 février 2017 au 16 juin 2017

Le séminaire se consacre à la construction de la santé publique du XIXe au XXIe siècle dans une perspective historienne. Il prend pour objet les processus politiques – de la police médicale à l’hygiène publique et à la gouvernance sanitaire contemporaine – et les dynamiques sociales à l’œuvre dans l’élaboration d’un ensemble de savoirs, de pratiques, d’institutions et de dispositifs de santé publique. Il s’intéresse à l’élaboration des catégories d’analyse qui en rendent compte et aux débats historiographiques qui en relèvent.

Santé publique et inégalités, XXe– XXIe siècles

3 février : Santé, progrès et inégalités

  • À propos de : Angus Deaton, La grande évasion. Santé, richesse et origine des inégalités, PUF, 2016

17 février : Benjamin Derbez, CSI, Mines ParisTech « La prévention des cancers d’origine génétique : inégalités d’accès, séquençage haut débit et santé publique »

3 mars : Anne-Laure Beaussier,  King’s College, Londres / Laboratoire Printemps (CNRS-UVSQ) « L’assurance maladie aux Etats-Unis : une perspective historique et politique »

Vulnérabilités sanitaires et sociales XIXe –XXe siècles

17 mars : Axelle Brodiez, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190) « De la difficulté politique à penser l’articulation entre « vulnérabilités sanitaires et sociales » chez les plus démunis (1880-1990) »

21 avril : Anne Jusseaume, IEP,  Paris « Faire l’histoire des congrégations féminines soignantes : le soin aux pauvres entre charité et assistance publique dans le Paris du XIXe siècle »

Politiques et expertises de santé publique : espaces lointains, espace global

5 mai : Assistance et santé mentale en contexte colonial

  • Paul Marquis, IEP, Paris « La Maison aux palmiers. Généalogie d’une politique d’assistance mentale dans l’Algérie coloniale (XIXe – XXe siècles) »
  • Marianna Scarfone, Université de Strasbourg « Le « facteur ethnique » en théorie et en pratique. L’expérience de la psychiatrie coloniale en Libye (1912-1952) »

2 juin : Bernard Thomann, INALCO, Paris « L’« hygiène industrielle » dans la formation des politiques sociales japonaises modernes (1868-1945) »

16 juin  Frédéric Vagneron, Institut für Biomedizinische Ethik und Medizingeschichte, Université de Zürich « Enjeux et obstacles d’une biographie globale : le cas d’un expert de la santé publique vétérinaire à l’OMS (1945-1976) »

Asclépiades

Le carnet Asclépiades a pour vocation d’être un lieu de présentation des recherches des jeunes chercheurs (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s non titulaires) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui travaillent sur des questions liées à l’histoire de la médecine. Il vise à créer des liens entre les jeunes historien·ne·s de la médecine de l’université Paris 1 et se veut un lieu de discussion et de partage, le domaine de l’histoire de la médecine, permettant un échange fécond qui outrepasse les frontières spatio-temporelles traditionnelles en histoire. Ce carnet présente le programme et les travaux réalisés de l’atelier mensuel coordonné par Hélène Castelli (doctorante en histoire ancienne) Corinne Doria (docteur en histoire contemporaine) qui a lieu le premier vendredi de chaque mois, de 17 à 19h, en Sorbonne.